Centre D’Interprétation Porte D’Almeria

Centre D’Interprétation Porte D’Almeria

Le Centre d’Interprétation Porte d’Almeria, inauguré en 2006, comprend une partie de la muraille littorale du Xème siècle, appartenant au centre de la Medina de l’époque Califale. Il y a aussi une petite usine de salaison de l’époque romaine.

Le centre a une fonction didactique, au moyen de panneaux, d’audiovisuels, de photographies illustratives et de plans, qui décrivent l’origine de la ville d’Almeria, avec mention spéciale faite au port d’Almeria, qui fut un des ports les plus importants de l’Al-Andalus durant les Xème et XIème siècles.

Le pan de muraille conservé, de 45 mètres de ligne fortifiée, coupée par un corridor de 6,1 mètres de largeur, appartient à la ceinture des murailles qui renfermaient la ville sur le côté sud, c’est à dire, du côté de la mer. La construction de cette muraille date de la moitié du Xème siècle mais, en raison de son emplacement, elle fut utilisée durant toute l’époque islamique et conservée jusqu’au XIXème siècle, moment où elle fut démolie pour ouvrir la ville à la mer.

Sur le tronçon conservé se trouvent des restes d’une porte qui s’ouvrait entre deux tours quadrangulaires qui protégeaient l’entrée. Cette Porte, dont on ne conserve que les fondations, mesurait 6 mètres et, du fait qu’elle se trouvait dans la proximité des zones où l’on construisait et réparait les bateaux, il est possible qu’il s’agisse de la Porte des Arsenaux.

Dans la partie nord de l’espace converti en musée, se trouvent six bassins de salaisons de poisson à demi excavés dans la roche, qui furent utilisés entre la fin du Ier et la fin du IVème siècles, et ils semblent être un des quelques peu témoignages visibles de la présence romaine à Almería. Les bassins de salaisons constituaient un type d’industrie propre des zones côtières, très fréquente au sud de la péninsule et en Afrique du nord. Ces industries constituaient un des piliers fondamentaux de l’économie et du commerce de ces enclaves maritimes. La salaison du poisson était nécessaire pour sa conservation et constituait la seule façon de le transporter aux habitants de l’intérieur.

X